Louis Moinet Compteur de Tierces

Louis Moinet Compteur de Tierces - Retour vers le futur

Le monde a toujours eu une attirance mystique pour le voyage dans le temps. Chaque individu a un jour ou l’autre rêvé de visiter une ère révolue. Nous aimerions tous pouvoir réécrire le passé et ainsi changer le cours de l'histoire pour arriver à une fin alternative.

Par Angus Davies

En fait, à chaque fois que les résultats de la loterie sont annoncés, j’aimerai bien faire un tel saut dans le passé et cocher les six numéros gagnants!

Hollywood a bien sûr repris ce concept à plusieurs reprises. En 1985, je fus un parmi des millions de personnes qui étaient allés voir le film « Retour dans le futur » au cinéma. Ce film à grand succès met en scène le personnage de Marty McFly, joué par l’acteur Michael J. Fox, voyageant dans le temps jusqu’en 1955 et observe ses parents, encore adolescents, entamer leur relation amoureuse. Un moment culte du film est évidemment quand l’excentrique Doc Brown transforme la voiture DeLorean argentée en une machine à parcourir le temps.

Louis Moinet Compteur de Tierces hands on Prise en main du Louis Moinet Compteur de Tierces

L'intérêt d'un tel film était d'offrir un voyage dans un temps où tout le monde ignorait ce que leur réservait le futur. Tous les personnages du film, à l’exception de Marty et Doc, ne savent pas que l’homme ira sur la lune, que les Beatles ou le Coca Light existeraient.

On a l’impression que Louis Moinet a fait un tel voyage, tout en étant armé d’une vaste connaissance accumulée au cours du XX éme siècle, quand il a conçu le Compteur de Tierces. Cette montre à gousset était unique, différente de toute création contemporaine. Elle mit en question les opinions forgées, usurpa toutes les montres du moment, et même pour plusieurs décennies après.

Pionnier du chronographe

Louis Moinet a commencé à développer ce chronographe innovant en 1815et le complètera l'année suivante. Divers poinçons en attestent.J'ai eu la chance de voir ce garde-temps à BaselWorld cette année et j'en suis resté bouche-bée face à l’aiguille centrale des tierces en plein vol. La prouesse technique de ce modèle est probablement en avance d'un siècle sur son temps. J'y reviendrai un peu plus loin. Avant tout, il me semble nécessaire d’aborder l’histoire du chronographe, telle que comprise avant 2013.

Jusqu’en 2013, on croyait tous que le premier chronographe fut conçu par Nicolas Mathieu Rieussec en 1822. Le mot « chronographe » est un mot portemanteau – le mot grec « chronos », fait référence au temps, et « graphein » fait référence l’acte d’écrire. Breveté en 1821, le chronographe inventé par Rieussec enregistre le passage du temps en utilisant de l’encre, d’où le nom de la complication.

Cependant, en 2013, à la surprise générale, l’histoire doit être réécrite quand il est découvert que le premier chronographe a en fait été inventé par Louis Moinet en 1816 sous le nom de Compteur de Tierces. Louis Moinet est maintenant reconnu comme étant le pionnier du chronographe. Le 18 février 2013, on en a reçu la confirmation à travers une lettre adressée par Jean-Michel Piguet et Ludwig Oechslin du Musée international d’horlogerie de La Chaux-de-Fonds, en Suisse, à Bernard Vuilliomenet, historien horloger, dans laquelle il est confirmé que le Compteur de Tierces est bel et bien un chronographe.

Révolutionnaire

Revenons à nos moutons. J’évoquais plus tôt des éléments qui semblaient anachroniques face aux normes horlogères du début du 19éme siècle. Imaginez un instant que vous soyez dans une scène de Western-Spaghetti et qu’un cow-boy tienne un revolver Colt Peacemaker pendant que son rival brandi une mitraillette Uzi. Un tel scénario est d’une disparité technologique évidente et rend le pistolet redondant. Ceci résume parfaitement ce qui se passe avec le Compteur de Tierces.

Le Compteur de Tierces oscille à 30Hz, une fréquence maitrisée que récemment, presque de deux siècles plus tard, par quelques maisons.
 

Louis Moinet Zoom on the chronograph pusher Zoom sur le bouton poussoir du chronographe de Louis Moinet

Le Louis Moinet Compteur de Tierces peut enregistrer un soixantième de seconde à l’aide de la grande aiguille de secondes centrale. En 1816, on appelait un soixantième de seconde un « tiers » en Français, d’où le nom de ce garde-temps. La grande et mince aiguille de seconde foudroyante s’allie à une échelle en chemin de fer entourant le cadran. Les 60 nombres entiers y sont affichés et offrent une bonne lisibilité.

Avec sa haute fréquence, le mouvement fait tourner l’aiguille de seconde foudroyante avec une souplesse exquise et à une vitesse ahurissante. Ceci en contraste flagrant avec la plupart des montres mécaniques affichant une seconde centrale qui bouge par petits incréments, dictés par la basse fréquence du mouvement utilisé.

Une description détaillée du Compteur de Tierces

Cette montre à gousset est de taille conséquente, avec un boitier de 57,7 mm de diamètre pour d'une épaisseur de 9 mm. Elle affiche un agencement Tri-Compax qui - a postériori - la désigne comme vraiment innovante.

Louis Moinet Compteur de Tierces Le mouvement est cadencé à 30Hz

Situé à 12 heures, le poussoir déclenche le chronographe qui fonctionne tant que qu'il est pressé, avec la possibilité d'insérer une cheville à travers la bélière. Dès que le poussoir est déclenché ou que la cheville est enlevée le chronographe s’arrête.

Le Compteur des Tierces a été utilisé, en conjonction avec un télescope équipé de réticules, pour mesurer avec une précision extrême le passage des étoiles et des planètes. Ce garde-temps fut conçu pour des observations astronomiques, ce qui a nécessité un mouvement à haute fréquence. Face à une exigence de haute précision, elle était indispensable.

Adjacent à 11 heures, un poussoir règle l’aiguille de seconde foudroyante. On n’avait jamais encore vu un retour à zéro dans une montre et cette fonction précède le brevet de 1862 d’Adolphe Nicole. Là encore, le Compteur de Tierces sonne le glas des croyances horlogères existantes.

L’agencement Tri-Compax consiste d’un registre à 2 heures affichant les secondes, un registre à 10 heures affichant les minutes et un affichage de 24 heures au bas du cadran.

Chose remarquable : le cadran semble moderne alors que la montre date de près de 200 ans. Il est propre, facilement lisible et gracieux, en partie grâce à son profil en forme d’arc.
 

Louis Moinet Compteur de Tierces  Le Compteur de Tierces de Louis Moinet est en parfait état de marche 

La beauté extérieure du Compteur de Tierces est complétée par un mouvement d’une finition soignée. Son incomparable surface polie et sa dorure parfaite rendent la montre exceptionnelle.

Conclusion

Un  aspect remarquable de cette montre est son apparence étonnamment moderne alors qu'elle date de 1816. Elle regorge de savoir-faire horloger dont l’aspect novateur de certains n'a été découvert que récemment.

L’histoire a démontré que certaines inventions peuvent précéder des brevets existants. Toutefois, il s’avère que ceci était souvent typique d'une époque où les moyens de communications n’étaient pas aussi nombreux et efficaces qu’aujourd’hui et où deux individus dans deux endroits différents du monde pouvaient inventer le même concept simultanément sans avoir la moindre idée de ce que l’autre faisait.

Il n’y a pas de doute : le Compteur de Tierces est un tour de force technique, hautement esthétique et arbore une finition parfaite qui en font un chef d’ouvre hors norme. Dès lors on se demande : « Louis Moinet était-il un voyageur d’un autre ère ou a-t-il effectué un retour vers le futur ? »

Louis Moinet Compteur de Tierces: Bernard Vuilliomenet, historien

Par Joel GrandjeanRédacteur en Chef
Entre les mains de ce passionné d’histoire incarnant la libre pensée dans tout ce qu’elle a d’esprit curieux et d’absence...

Louis Moinet, l’histoire revisitée du premier chronographe

Par Joel GrandjeanRédacteur en Chef
«Compteur de tierces», c’est ainsi que Louis Moinet appelait ce que les historiens considèrent aujourd’hui comme le premier...